Le temps de la vérité

L’histoire est écrite à quatre mains .

Fin décembre 2019, Carlos Ghosn devient le fugitif le plus célèbre de la planète ; il nous raconte sa fuite après avoir été embastillé.

Un échange d’informations pendant une crise boursière profonde sur fond d’un thriller politico- judiciaire animé par un ensemble industriel.

Carlos Ghosn présente sa vérité et les conséquences sur cette tragédie familiale, la mise en œuvre de son évasion frôle la perfection digne d’un papillon.

Quelques clichés dans la galerie des Glaces, une soirée de mariage au Grand Trianon sous l’oeil, probablement amusé de marie-Antoinette la mal aimée, et la facture honorée sur un fond de services rendus.

Il est dommage d’apprendre qu’une poignée de figurants servaient d’amis fidèles.

480 pages pour comprendre les tenants et aboutissants d’une sombre aventure sur fond de pouvoir, on remarque quoi qu’il arrive et ce que l’on en pense que le personnage est un homme d’affaire incroyable et ça, c’est pas donner à tout le monde !

L’idée est de le croire ou pas, peu importe, le récit est bel et bien sorti en tête de gondole !

On le lis , on le parcours, on le surligne mais difficile de l’offrir.