Né sous une bonne étoile

Aurélie Valognes l’auteure est une habituée des romans aux ambiances familiales et plutôt colorées de bonne humeur.

Après « Mémé dans les orties », on ne pouvait que s’attendre à sa bienveillance.

Ici, l’histoire s’articule autour du monde scolaire si cruel parfois.

Gustave, l’enfant collé au radiateur au fond de la classe a l’étiquette du cancre et fini lui-même par y croire jusqu’au jour où une rencontre le fait basculer vers ses rêves jusqu’à la réalité;

Le maître mot de ce roman est la persévérance; même si le sujet est connu et reconnu, il est bon de le lire avec l’efficacité d’écriture de l’auteure qui nous rafraîchi la mémoire en toute indulgence.

Très joli rond de jambe à la vie, on l’achète et avec une touche d’espièglerie on l’offre à l’institutrice de notre rejeton !