Inutile de préciser que je ne présente pas là, l'homme politique mais juste sa vision du moment où il s'est retrouvé, sans réalisme, face à une déferlante, voire à une avalanche d'ennuis à gérer avant d'endosser la casquette du porte-parole.

Difficile exercice pour moi de garder un regard distant, mais il est de bon augure de parcourir ce livre, sans vraiment le lire, juste pour juger de son témoignage qui semble sincère et humble à distance correcte des procès d'intention.

Ce récit est comblé de ses doutes et de ses victoires, sans que l'on puisse employé le terme de réussite.

Ce qui m'a beaucoup plus intéressé est l'aspect de cette gestion ou non gestion de la crise sanitaire par les hommes politiques. Comment prendre des décisions dans un domaine où deux problématiques se juxtaposent ? L'accolade semble des plus complexes et ne peuvent se jumeler sur ce terrain miné.

On en apprend mais juste ce qu'il faut. Olivier Veran manipule fort bien le verbe sans abîmer l'histoire.

Un livre à offrir, peut-être à un de ses fans...